Le jour où j’ai décidé de devenir végétarienne

Dans ce billet, je vous fais part d’une décision personnelle et mûrement réfléchie prise il y a un peu plus de deux mois aujourd’hui. J’ai choisi de ne plus manger de chair animal et, donc, de devenir végétarienne.

Je n’ai pas encore énormément de recul sur mon nouveau mode de vie, mais je peux déjà partager avec vous mes premières impressions, les difficultés rencontrées et les avantages déjà ressentis.

Je tiens à préciser que je consomme encore des oeufs et quelques produits laitiers, j’ai simplement supprimé la viande et le poisson. Je ne suis ni végétalienne ni végane.

veggie

Les raisons qui m’ont poussée à ne plus consommer de viande et de poisson

Devenir végétarienne n’a pas été simple pour moi dans le sens où ma culture familiale ne se prête pas du tout à ce type de régime alimentaire. La viande a toujours été omniprésente dans mon foyer. D’ailleurs, mon grand-père possédait une ribambelle de lapins et de poules que j’adorais nourrir ou caresser. Je les voyais gambader joyeusement dans le jardin jusqu’à ce qu’ils finissent dans mon assiette. Tout ça me semblait parfaitement normal et logique.

C’est en grandissant que j’ai commencé à me poser de réelles questions sur la maltraitance des animaux. Cela dit, l’idée de changer radicalement de mode de vie n’avait pas encore traversé mon esprit. Certes, je consommais moins de viande, mais j’ai préféré les oeillères à la réalité.

En fait, ce n’est qu’après avoir donné la vie que j’ai vraiment souhaité me documenter sur le sujet même si j’en connaissais déjà les grandes lignes.

Dans un premier temps, j’ai visionné « Earthlings » , un documentaire très complet, fruit de cinq années de travail et d’investigations, s’intéressant au spécisme et à la manière dont les humains (mal)traitent les animaux pour se nourrir, s’habiller ou se divertir. Je savais pertinemment que ce qui se tramait dans les abattoirs ou les fermes industrielles serait difficile à regarder, mais je n’avais pas imaginé à quel point les animaux pouvaient souffrir. Je me suis forcée à visionner jusqu’au bout, et ce malgré l’envie de fuir une telle barbarie (les images sont vraiment très trash). Une première grosse claque dans la face.

Ensuite, c’est le documentaire « Cowspiracy » qui m’a convaincue d’aller plus loin encore dans ma réflexion. Le film est principalement axé sur l’impact de l’élevage intensif d’animaux sur l’environnement. Je le conseille vivement parce qu’il regorge d’informations précieuses souvent passées sous silence par l’industrie agro-alimentaire.

Dans ce long-métrage, il y a une scène qui m’a particulièrement marquée : celle où un fermier tranche la tête d’un canard à coups de hachette pour pouvoir le manger. Ces images m’ont donné le coup de grâce nécessaire et elles m’ont également permis de réaliser que j’étais complètement déconnectée de mon alimentation. Je ne concevais plus une cuisse de poulet ou un steak comme un morceau d’animal, je n’étais même plus capable de faire le rapprochement entre la bête qui a dû être tuée et mon assiette …

Vous pouvez donc conclure que j’ai choisi le végétarisme par conviction et par amour des animaux.

Premiers pas d’une néo-végétarienne

Ma démarche ne m’a, jusqu’à présent, pas semblé difficile à supporter au quotidien. Je pensais sincèrement qu’éliminer la viande et le poisson serait beaucoup plus compliqué. Evidemment, il y a quelques règles à respecter afin d’éviter d’éventuelles carences, mais globalement ça se passe bien et les quelques livres que je possède me sont d’un grand secours. Je redécouvre les fruits et les légumes et je redécouvre surtout les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots, …) et les oléagineux (soja, noix, amandes, …). Moi qui n’ai jamais adoré cuisiner, ces quelques changements m’ont donné un nouvel élan et je prends beaucoup de plaisir à préparer des petits plats.

Les réactions de mon entourage ont été parfois maladroites ou pénibles (certains jouent les nutritionnistes et s’inquiètent de l’état de mes protéines), mais, généralement, ma décision est comprise et acceptée.

Les bonus

Ma meilleure amie m’a fait remarquer que ma peau était plus belle. Effectivement, je trouve que mon acné s’est largement calmée. J’ignore si le végétarisme en est totalement la cause, mais le fait est que mes boutons sont beaucoup moins nombreux depuis quelque temps.

Ma digestion est également bien meilleure. Je ne vais pas entrer dans les détails, mais il y a une nette amélioration de ce côté-là. Elle est certainement due à la consommation quotidienne de fruits et de légumes beaucoup plus variée qu’auparavant.

Je me sens en pleine forme. J’ai longtemps cru que la viande était nécessaire pour faire le plein d’énergie, mais ce n’est pas le cas. Le végétarisme couvre tous mes besoins. Je ne me sens pas plus fatiguée ou moins efficace qu’avant.

Conclusion

Cet article fait office de premier bilan, qui me semble plutôt positif. Loin de moi l’idée de convaincre quiconque de passer au végétarisme, mais je souhaitais simplement partager avec vous ma propre expérience.

Les deux documentaires auxquels je fais référence dans mon article (« Earthlings » et « Cowspiracy ») vous feront à coup sûr réagir. De plus, Internet grouille d’informations fort intéressantes pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet ou se posent des questions.

Pour ceux qui préfèrent la lecture :

« 100 jours sans viande » d’Aline Perraudin

« Mon cahier veggie » d’Hélène Defretin

À très vite.

PS : les conseils de personnes végétariennes expérimentées sont les bienvenus 🙂

 

 

 

Publicités

10 réflexions sur “Le jour où j’ai décidé de devenir végétarienne

  1. et bien quand on se verra chez Aless tu ne sera pas seul végétarienne, si tu as envie de partager des recettes ou en parler n’hésite pas 😉 Aurélie (la grande tatoué et percé amie pote d’Aless)
    bisous

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Joséphine !
    J’ai lu attentivement cet article très bien écrit et bien argumenté.
    Je t’avoue quand même que j’ai du mal à comprendre que tu en sois arrivée à pouvoir te passer d’un bon et beau filet de Boeuf angus…mais encore pire… d’un Giant ! Comment fais-tu? Big respect !

    Aimé par 1 personne

Laisser un billet doux

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s