Le premier jour du reste de ma vie

P1050335

Le 29 décembre 2015, je donnais naissance à ma fille, la prunelle de mes yeux, mon Trésor.

Le 29 décembre 2015, je devenais Maman pour la première fois.

Tout au long de ma grossesse, j’ai pris beaucoup de plaisir à projeter cette rencontre sans vraiment savoir à quoi elle ressemblerait. J’ai vécu dans un état de grâce 9 mois durant et je ne m’en rendais pas compte. J’étais très fatiguée, c’est indéniable, mais c’était purement physique. Moralement, je me sentais constamment pousser des ailes à l’idée de porter ce petit être en moi.

Après une douzaine d’heures de travail, elle a enfin pointé le bout de son joli nez. Les minutes qui ont suivi l’accouchement paraissent à présent totalement irréelles, comme suspendues dans le temps. Je me rappelle parfaitement de l’instant où l’on posa mon bébé sur moi, cette seconde où je suis passée de jeune femme à jeune maman. Quel bonheur intense de pouvoir la serrer enfin contre moi. Elle était là, elle était bien là.

Version 2

C’était il y a un peu moins de deux mois et j’ai connu depuis des grands moments de joie, de doute, de peine et d’enchantement. Mes émotions sont comparables à des montagnes russes.

Evidemment je ne peux qu’être reconnaissante : la vie m’a offert une petite fille magnifique, en pleine santé de surcroît et, ça, ça n’a pas de prix, mais le passage de jeune femme insouciante à mère de famille responsable ne m’a pas paru si évident que ça finalement.

Je m’imaginais en wondermum dotée d’un instinct maternel à toute épreuve, toujours disponible, ultra courageuse et incroyablement patiente, mais la réalité m’a rapidement rattrapée … La fatigue s’est installée, les cernes se sont creusés et le baby-blues m’avait transformée en loque humaine, le regard constamment humide.

Il y a la mère que je rêvais d’être et celle que je suis vraiment. Les deux sont très différentes et il m’a fallu l’accepter. Je ne suis pas parfaite et je ne le serai jamais, c’est comme ça. La pression que je m’imposais était insupportable et je préfère être une mère imparfaite, mais sereine.

Heureusement, il y a toutes ces belles découvertes quotidiennes qui me permettent de relativiser et de savourer pleinement mon nouveau bonheur.

J’adore regarder ma boule d’Amour s’endormir paisiblement. Je suis consciente de la vitesse à laquelle le temps file et les nuits entrecoupées de biberons finiront même certainement par me manquer. J’ai envie de profiter de chaque petite seconde passée avec elle. Mon oreiller me manque parfois, mais il peut attendre encore un peu.

Je suis constamment émerveillée par ma fille, par la délicatesse de ses traits, par sa douceur et sa confiance en moi. Elle a donné un sens à ma vie, elle a ravivé les couleurs de mon univers.

Avant, j’avais des grands principes et des objectifs précis. Aujourd’hui, j’ai une petite princesse qui se fout royalement de tout ça. Et c’est tant mieux.

J’ai endossé le plus beau rôle de ma vie le 29 décembre 2015 et je fais de mon mieux depuis. Je n’ai pas la prétention d’être née mère, mais je le deviens un peu plus chaque jour grâce à L.

le premier jour du reste de ma vie

Publicités

15 réflexions sur “Le premier jour du reste de ma vie

  1. Magnifique, c’est si bien dit! On apprend au jour le jour à être maman et on fait toutes « comme on peut » et comme cela nous semble être le mieux. Le meilleur conseil est de ne jamais écouter les conseils des autres, mais son coeur et son intuition ! Ton autre réfléxion sur la responsabilité est juste aussi: on ne dort plus jamais tout à fait sur ses deux oreilles quand on est maman! Gros gros bisous à vous 3

    Aimé par 1 personne

  2. On ne se connaît pas, mais les réseaux sociaux m’ont permis de tomber sur votre témoignage.
    Merci, merci mille fois pour toute la douceur et tout l’amour que vous nous faites partager. Quel merveilleux cadeau vous faites à votre petite beauté et aux femmes qui vous liront.
    Belle continuation à vous…

    Aimé par 1 personne

  3. On n’oublie jamais ces premières minutes… Et les années passent… Je suis à l’aube des 2ans de mon plus grand amour, celui qui traversera toutes mes tempêtes, et je t’assure que le plus cadeau est de prendre des rides et des cheveux blancs à ses côtés! Les nuits blanches, les premières dents: quelles épreuves! Mais quel bonheur! L’amour inconditionnel, c’est-à dire sans aucune condition, prend tout son sens! Plein de joie à vous 3, les mères parfaites n’existent pas; il n’y a que des mamans! Au plaisir de te revoir

    Aimé par 1 personne

Laisser un billet doux

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s